Retrouvailles 1994

L'idée originale
Le Congrès mondial acadien, Retrouvailles 1994, a été le plus grand rassemblement d'Acadiens et d'Acadiennes jamais vu depuis la déportation de 1755 à 1758. Du 12 au 22 août 1994, plus de 200 000 Acadiens et Acadiennes venant de chaque partie du globe, ont participé au Congrès.

C'est en avril 1988 que M. Jean-Marie Nadeau qui, pendant un souper traditionnel au homard lors de l'assemblée de la fondation de la Société acadienne de l'Alberta, qui avait lieu au Coast Terrace Inn à Edmonton, avait lancé l'idée d'un rassemblement de tous les Acadiens et les Acadiennes du monde. Depuis toujours, les Acadiens et Acadiennes sont à la recherche de leur patrie perdue. Au lendemain de la Dispersion qui a éparpillé les familles acadiennes, les Acadiens ont tenté de se regrouper pour survivre comme peuple et conserver leur culture distincte. Le 1er mai 1988, M. André Boudreau, le président du CMA a organisé la première rencontre d'Acadiens lors de l'assemblée générale annuelle de la Société nationale de l'Acadie qui eu lieu à Halifax en vue d'organiser un Congrès mondial acadien. Le 1er décembre 1988 au Holiday Inn du centre-ville de Toronto a eu lieu la première réunion d'organisation où les participants ont décidé de la mission du Congrès : Développer des liens plus étroits entre les Acadiens et les Acadiennes de partout dans le monde. En 1994, le premier Congrès mondial acadien a réalisé ce grand rêve partagé par tant d'Acadiens et d'Acadiennes. En tout, neuf municipalités du Nouveau-Brunswick ont travaillé en collaboration pour accueillir toutes ces personnes.

L'organisation
Même si l'idée originale d'avoir un Congrès mondial acadien a été lancée à Edmonton en Alberta, le projet fut réalisé par plusieurs organismes différents au Nouveau-Brunswick. Pour aider à organiser le Congrès, le Comité organisateur du Congrès mondial acadien (COCMA) dirigé par Ovila Doiron, fut formé. Ensemble, le COCMA et le CMA ont travaillé pour créer les Retrouvailles 1994.

De 1988 à 1994, il y eut plusieurs réunions de comités pour mettre sur pied le Congrès. Les responsables se sont occupés de trouver du financement, des bénévoles, d'organiser la logistique du Congrès, de planifier les activités et conférences ainsi que de l'emplacement du Congrès.

Au début de l'année 1993, des tensions sont survenues entre les deux comités : le COCMA et le CMA. Il devenait de plus en plus difficile de travailler ensemble, voire impossible. Suite aux recommandations de nombreux sous-comités expliquant que la situation ne pouvait continuer ainsi, les deux présidents du COCMA et du CMA ont décidé de séparer les deux organismes. Chacun devait maintenant s'occuper de son propre financement et de ses propres responsabilités. Le CMA devait s'occuper des conférences thématiques du Congrès, tandis que le COCMA devait se charger d'organiser les activités ainsi que la logistique du Congrès.

Spectacles et fêtes
De grands artistes étaient présents : Roch Voisine, Gilles Vigneault, Édith Butler et Zachary Richard. Ils ont participé à de gros spectacles comme celui de Shédiac (l'Acadie parle au monde), Memramcook (Fête du Berceau de l'Acadie) et Bouctouche (Pays de la Sagouine).

La cérémonie d'ouverture officielle des Retrouvailles 1994 s'est passée au Parc de l'aboiteau de Cap-Pelé, le 13 août. La cérémonie fut suivie immédiatement par le Frolic au Parc l'aboiteau à Cap-Pelé. C'était une odyssée musicale d'une douzaine d'heures où plusieurs artistes ont pris part : les méchants maquereaux, Donat Lacroix, La Baie en Joie, Bernard Félix, Danny Boudreau, Zéro Celsius, La compagnie DansEncorps, Mike Baldwin, Bois Franc, Ronald Bourgeois, Roland Bryar, Les Oranges Bleues, Eddy Poirier, Roddy Romeo, Suroît, La Wing à Hein. Pendant toute la journée, de nombreuses fêtes et célébrations ont eu lieu dans les municipalités hôtesses comme : Shédiac, Bouctouche, Cap-Pelé, Saint-Antoine, Richibucto, Acadieville. Du théâtre, des rencontres de familles, les Arcadiades ainsi que des kiosques d'exposition en sont quelques exemples.

Le point culminant des Retrouvailles a été la fête nationale des Acadiens le 15 août 1994 à Shédiac. Pendant la journée, il y eut des activités comme des expositions, de la cuisine traditionnelle, des tours guidés, une foire internationale des métiers, les Arcadiades, des boutiques, le Tintamarre, des activités sportives. Finalement, la soirée s'est terminée par le super spectacle L'Acadie parle au monde où le public a pu acclamer plus d'une douzaine des plus grands artistes. Pendant les jours qui ont suivi, une multitude d'activités se sont déroulé, dans les villages de Saint-Louis-de-Kent, Shédiac, Rogersville, Bouctouche, Acadieville, Richibouctou, Moncton, Dieppe, Saint-Antoine. En plus des spectacles et des conférences il y eut des retrouvailles de familles acadiennes comme les Allain, les Amirault, les Collette, les Doiron, les Boudreau, les Aucoin, les Vautour, les Hébert, les Blanchard, les Duguay et plusieurs autres.

Conférences
Les conférences étaient en quatre différents volets : communication, culture et patrimoine, économie et éducation. Ces conférences avaient comme mission de permettre aux Acadiens et Acadiennes de réfléchir sur leur avenir et aussi de discuter des questions qui sont courantes dans leurs communautés. La romancière Antonine Maillet a pris la parole à deux conférences : « Le sommet des femmes » le 13 août et « L'Acadie parle au monde et le monde lui répond » Le poète, auteur-compositeur interprète, conteur et diseur, Gilles Vigneault donnait une conférence lors d'un dîner-causerie le 18 août à l'Université de Moncton. Plusieurs personnes connues étaient présentes pendant les conférences, elles ont toutes exprimé leurs vues et sentiments sur ce grand rassemblement.

Voici quelques citations :

    Antonine Maillet, Écrivaine
    « Ce n'est pas la première fois que l'Acadie parle au monde : elle a déjà parlé en criant, en chantant, en se racontant, en appelant au secours, mais c'est la première fois que l'Acadie parle au monde et que le monde lui répond. »

    André Boudreau, Président du Congrès mondial acadien
    « On ne peut jamais éteindre la flamme d'un peuple, que ce soit par des guerres ou des déportations, tant et aussi longtemps que des individus proclament ses origines. »

    Son excellence Alfred Siefer-Gaillardin
    Ambassadeur de France au Canada
    « L'Acadie, c'est cet arc-en-ciel de sons, de musiques, et de mots. Ce sont ses hommes et ces femmes retrouvés et venus de partout, guidée par l'étoile de Marie Stella; une utopie devenue réalité, un mythe qui c'est incarné en vous grâce à la persévérance des générations. »

    L'honorable Claude Ryan
    Ministre des Affaires municipales du Québec
    « Le retour des Acadiens dans leur terre natale, la renaissance qu'ils y ont connue depuis deux siècles, qu'ils ont connue ailleurs au Canada, sur ce continent en particulier, sont une source d'admiration pour tous ceux qui s'intéressent à la survie des cultures dans le contexte globalisant d'aujourd'hui. »

    Le très honorable Frank Mckenna
    Premier Ministre du Nouveau-Brunswick
    « Jamais on ne permettra, au Nouveau-Brunswick, à la langue française de mourrir. Elle fait partie de nous, comme nos baies, nos montagnes et nos rivières. »

    Son excellence, Boutros Boutros-Ghali
    Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies
    « Acadiennes et Acadiens, le monde ce soir vous a écoutés. Le monde ce soir a écouté l'Acadie. Le monde a besoin du peuple acadien comme il a besoin de l'appui de tous les peuples du monde, parce que, ne l'oubliez pas, la charte des nations unies commence par cette phrase : Nous, peuples des nations unies?»

    Le très honorable Jean Chrétien
    Premier Ministre du Canada
    « Je pense que nous pouvons tous nous inspirer de l'histoire de la communauté acadienne pour relever avec imagination, et dans le respect de nos différences, le défi que pose notre grand pays, le Canada! Ce soir, le Canada salue l'Acadie, étoile de l'espoir, de la persévérance et de la détermination. Un exemple incomparable. Vive l'Acadie! »

Succès
Le Congrès mondial acadien, Retrouvailles 1994, a été un grand succès. Plus de 200 000 Acadiens, Acadiennes et francophones y ont participé. Ils venaient de partout au monde : du Canada, de la Nouvelle-Angleterre, de la Louisiane, du Texas, de la France, de la Belgique, de la Martinique, de l'Afrique, des îles Saint-Pierre et Miquelon, de l'Italie et de la Californie. L'Acadie, avec son style charmant et ses paysages attirants, a su captiver l'intéret des visiteurs. L'accueil chaleureux des Acadiens du sud-est du Nouveau-Brunswick a renforci le sentiment d'une appartenance à une belle et admirable culture et identité

Le Congrès mondial acadien est une des activités culturelles que l'UNESCO (Organisation des Nations pour l'éducation, la science et la culture) a reconnue comme une activité de la Décennie mondiale du développement culturel (1988-1997). Le premier Congrès a eu tellement de succès qu'en 1999, il y a eu un deuxième Congrès mondial acadien en Louisianne, É.-U. Environ 300 000 Acadiens-Cajuns se sont réunis pour fêter. Il semblerait que plus on se rapproche du XXIe siècle, plus l'identité acadienne se renforcit.

Un troisième Congrès mondial acadien est planifié pour l'an 2004, en Nouvelle-Écosse, afin de fêter le 400e anniversaire de la fondation de l'Acadie. On attend encore un grand nombre de participants.


Bienvenue
| Historique Acadien | CMA 94 | Caravane | Archives